Archive pour la catégorie ‘Gloire à nos illustres pionniers’

Relire Bernard Maris

9 janvier 2020,

Mais la vie est-elle une quantité, comme voudraient nous le faire croire les économistes ? Qu’est-ce que la vie ? Une longueur ou une intensité ? Et si la vie ne se mesurait que par elle-même ?

Bernard Maris nous parle encore par ses écrits :

http://www.lesauvage.org/2015/01/oncle-bernard/

http://www.lesauvage.org/2015/01/bernard-maris-vous-parle/

http://www.lesauvage.org/2015/01/bernard-maris-vous-parle-du-pib-et-des-rhinoceros/

http://www.lesauvage.org/2015/02/bernard-maris-vous-parle-dargent/

http://www.lesauvage.org/2015/02/bernard-maris-nous-parle-dimitation/

http://www.lesauvage.org/2015/02/bernard-maris-vous-parle-de-la-societe-de-consommation/

http://www.lesauvage.org/2015/03/bernard-maris-vous-parle-du-fmi/

http://www.lesauvage.org/2015/03/bernard-maris-vous-parle-du-temps/

http://www.lesauvage.org/2015/04/bernard-maris-vous-parle-de-la-france/

Bernard Maris vous parle des pauvres

Bernard Maris vous parle des maths

Bernard Maris vous parle de concurrence

Soyez Charlie

7 janvier 2020,

Lisez les.

Hommage à Alain-5

24 octobre 2019,

Hommage à Alain Hervé par Edwin Matthews

Il y a 50 ans, un matin de Septembre, assis à mon bureau à Paris, je reçois un coup de téléphone d’un Albatros hurleur qui revient d’un long voyage à la voile au paradis des Marquises. En fait, un journaliste.  Il s’appelait Alain Hervé. Et c’était le début d’une amitié pour la vie. Alain et moi avons parlé longuement, en particulier d’une association nouvellement créée, les Amis de la Terre, dont j’avais déposé les statuts deux mois plus tôt.  Par la suite, Alain a accepté de prendre la direction du nouveau-né et a animé avec dévouement et énergie tout le mouvement pour l’écologie en France.

Alain est rentré de son long voyage en mer profondément troublé par la direction prise par la société industrielle, une préoccupation que nous partagions. (suite…)

Hommage à Alain-4

22 octobre 2019,

L’invention du Sauvage

Par Alain Hervé

Le Sauvage, publié par le groupe du Nouvel Observateurde 1973 à 1981, fut pendant neuf ans le magazine écologique le plus diffusé en France avec une diffusion mensuelle avoisinant en moyenne les 45 000 exemplaires, dont près de 20 000 abonnés.

Tout avait commencé avec un numéro spécial du Nouvel Observateurpublié en juin 1972 et intitulé La dernière chance de la Terre. Y collaborèrent Théodore Monod, F.-O. Giesbert, Michel Bosquet alias André Gorz, Gilles Lapouge, Bernard Guetta, Edgar Morin et le Club de Rome. Ce ballon d’essai fut un succès avec près de 120 000 exemplaires vendus et décida Claude Perdriel, le patron du groupe, à tenter le magazine écologique mensuel que je lui proposais. Ce fut Le Sauvage.

Ce titre au parfum rousseauiste fut proposé par Victor Zigelman, le secrétaire de rédaction qui arrivait de France-Soir et qui observait depuis plusieurs jours nos discussions à la recherche d’un titre. Nous en étions à L’Œuf, lorsque Victor nous dit : « Ce matin, je me suis brossé les dents avec le dentifrice “au goût sauvage”, vous devriez appeler ce journal Le Sauvage». (suite…)

Hommage à Alain-3

21 octobre 2019,

Hommage à Alain par Daniel Maja

Chers amis,

Mon témoignage (je devrais dire notre témoignage d’Ewa et moi) portera sur deux thèmes, je vous rassure, très brefs.

Celui du dessinateur qui a publié dans « Le Sauvage » depuis le début et dans les « Sauvage » sous toutes les formes qui ont suivi.

Celui d’amis d’Alain, nous l’avons vu durant des décennies, des années Sauvage jusqu’à ses dernières journées de mai dernier.

Nous fûmes dans ses maisons de la presqu’île de Giens, Cap d’Ail, Menton, Grandville, Chausey, rue Jussieu, Quai des Grands-Augustins, de la Tournelle, rue d’Assas, rue vieille du Temple, du petit pont, j’en oublie, la péniche sur la Seine…car Alain déménageait sans cesse, ne restait dans la demeure qu’il avait transformée, rebâtie, que quelques mois, quelques années, rêvant de s’établir ailleurs. (suite…)