Le keke Mélanchon et le Vénézuela

11 septembre 2018,

Carpaccio
Le petit griffon.
Accademia, Venise

par Christophe Chelten

Comme il est discret sur ce qu’il se passe au Vénézuela notre Mélenchon.

On attend de vertueuses protestations: rien, silence. Il préfère insulter les gens du Nord qui l’ont renvoyé à ses études. Curieuse destinée que celle de cet homme de talent qui devient un autre batteur d’estrade du genre de Cohn-Bendit.

Ils sont intelligents, beaux parleurs, enivrés de leur succès devant un petit auditoire mais incapables de convaincre un électorat national. Dommage.

D’autres très beaux parleurs tels Hubert Védrine savent garder la distance et attendre que l’on fasse appel à leur savoir faire. La politique française nous distrait faute de savoir traiter les vrais problèmes de notre avenir.

Tourner la tête à Macron

10 septembre 2018,

Jupiter
par Ingres au musée Granet d’Aix en Provence

par Alain Hervé

C’est simple, il suffit pour le ministre de la soit disant « Transition écologique », monsieur de Rugy de se saisir de la tête de Macron et de la tourner de 180°.

Pour qu’enfin il voie où il vit, sur quelle planète, de quel milieu vivant il dépend. Oui car on ne respire pas de l’économie, on ne boit pas de la finance, on ne se nourrit pas de statistique.

On vit: on respire de l’air, on boit de l’eau, on mange des plantes, qui elles seules savent utiliser la lumière solaire pour transformer la matière terrestre en matière comestible. On vit porté par de grands cycles qui font naître la vie, l’entretiennent, la renouvellent. Le « tourbillon de la vie » comme le chantait Jeanne Moreau.

Simple croit on? Pas si simple.

L’Homo soit disant sapiens se croit maître de la nature, la violente sans cesse. Ne se rend pas compte qu’il n’est qu’un fétu emporté dans de gigantesques mouvements telluriques, biologiques. L’humanité peut disparaître, la vie continuera sans s’en rendre compte. L’écologie n’est un choix politique ni de droite ni de gauche, c’est l’acceptation, la participation à la vie. L’inévitable participation. Même monsieur Macron, même si on ne le lui a pas fait savoir à Science Po ou à l’ENA, est un fétu de la Vie. Enseigne -t-on la vie, l’écologie à l’ENA? J’en doute.

Et pourtant toute politique, quelle qu’elle soit, doit prendre d’abord en considération la vie avant la petite mécanique économique. Certes aucun pays à ce point n’en tient compte mais justement la France dans le sillage de la COP 21 peut être un leader mondial. Un rôle à la taille du jupitérien Macron.

« 180°  » à droite ou à gauche monsieur de Rugy.

De Rugy or not to be

6 septembre 2018,

Pucinella de Gian Domenico Tiepolo au plarond de la Ca Rezzonico à Venise

par Alain Hervé

Macron ne pouvait pas dans sa logique jupitérienne laisser place vide derrière Hulot. Il lui fallait un bouche trou plausible. Son choix est le moins pire de ceux proposés. Certes on le sait le ministère de l’écologie sert à ne pas aborder le fond du problème, le retournement de la politique de croissance. C’est un paravent de papier crépon devant ce que devra être un programme  écologique décisif.

Bref on découvre en remontant l’histoire de l’élu de Rugy des prises de position intelligentes et assez radicales, (voir son wikipédia). Ses convictions écologiques sont certaines. Il les a exprimées dans son attitude à Nantes.  Avec lui la » transition écologique »peut éventuellement prendre un sens. Reste à savoir quelle sera sa détermination pour la mettre en oeuvre. Sera-t-il aussi habile et opportuniste que pour la poursuite de son plan de carrière menée avec maestria?

Quelle force de caractère dissimule cet homme? Nous le saurons rapidement.

Quand François de Rugy voulait fermer les centrales nucléaires

5 septembre 2018,

photo P. Blanchard et AFP

Paris (©AFP)- Fermeture des centrales nucléaires en 2040, 100% d’énergies renouvelables en 2050, ne vendre que des voitures électriques ou hybrides en 2025: les propositions du nouveau ministre de la Transition écologique, François de Rugy, lorsqu’il était candidat à la primaire socialiste en 2016.

L’ancien député écologiste avait terminé cinquième des huit candidats du premier tour des primaires de la gauche, avec 3,81% des voix. François de Rugy avait ensuite refusé de soutenir le vainqueur de la primaire, Benoit Hamon, pour rallier la candidature d’Emmanuel Macron.

Extraits de son programme d’alors:

– Énergies renouvelables: François de Rugy promet « d’atteindre une production électrique 100% renouvelable d’ici 2050 ». Cet objectif dépasse celui des 32% d’énergies renouvelables d’ici 2030 inscrits dans la loi de transition énergétique de 2015 et repris par le candidat Emmanuel Macron.

– Nucléaire:
Lire la suite de Quand François de Rugy voulait fermer les centrales nucléaires »

Chronologie écologique

5 septembre 2018,

Sous le titre Macron, l’écologie et la solidarité : une chronologieBloom nous offre un bilan chronologique des actions du gouvernement Macron
Ci-dessous, nous dressons une liste non exhaustive de faits à savoir ou à retenir pour se rappeler et juger l’action du gouvernement Macron en matière de transition écologique et solidaire.
Le champ dépasse le seul périmètre de l’écologie car les logiques de silo sont inadaptées pour penser une transition globale de notre économie vers un modèle de société plus juste et durable. Les citoyens sont invités à nous aider à compléter cette liste qui doit nous servir de mémoire collective.
Lire la suite de Chronologie écologique »