Wonder wheel, Woody Allen, chef d’oeuvre

1 février 2018,

par Alain Hervé

N’en déplaise à nos censeurs, le dernier Woody Allen est un chef d’oeuvre. Cette mise en scène de la malchance associée à la sottise des protagonistes n’en fait pas un film délectable d’humour comme on les attend de Woody. Non c’est un exposé affligeant d’un morceau de vie contemporaine dans lequel les victimes fabriquent elles-mêmes leur châtiment. Seul sourire: ce gamin en traitement chez un psy pour névrose incendiaire qui met le feu dans la corbeille à papier de la salle d’attente.

Mais quelle science de la mise en scène: de la direction des acteurs à la perfection de la prise de vues, de l’évocation du Coney island des années cinquante au choix de la partition musicale.

Allen et Polansky sont assignés au pilori de la bigoterie bien pensante.

Je ne pense pas que ce soient des irréprochables mais qu’en sais-je? Je sais que ce sont de très grands créateurs. Allez voir Wonder wheel, montez dans la Grande roue.

 

 

Zeitgeist

30 janvier 2018,

The dispossessed

28 janvier 2018,

Par Ghislain Nicaise
Au cours des cinquante dernières années, il y a peu de livres qui m’aient assez passionné pour que je les offre à plusieurs personnes. C’était toujours des livres que j’avais lus d’une traite et qui m’avaient fait réfléchir, rêver, qui m’avaient donné l’impression de m’améliorer.
Le meilleur des mondes d’ Aldous Huxley parce qu’il montrait que le bonheur n’était pas le but de l’existence (j’étais adolescent et j’avais quelque temps avant recopié sur la couverture de mon cahier de textes cette phrase de Paul Eluard : Il ne faut pas de tout pour faire un monde, il faut du bonheur et rien d’autre),
Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre, parce qu’il montrait que l’humain n’était ni le mal ni le bien (simplissime leçon de dialectique, thèse, antithèse, synthèse),
Les hommes protégés de Robert Merle parce qu’il a remis une couche de féminisme sur ma lecture déjà ancienne du Deuxième sexe (relire vers la fin du livre le moment où le héros et ses deux femmes passent à la télévision),
– plus récemment Le sol, la terre et les champs de Claude et Lydia Bourguignon, parce qu’il contient l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour comprendre la survie au XXIe siècle.
Mais le livre que j’ai le plus offert, en français ou en anglais, a été The dispossessed d’Ursula Le Guin, heureusement traduit sous le simple titre Les dépossédés.
Lire la suite de The dispossessed »

Droit de la Terre et Droit Organique

28 janvier 2018,

par Michel Courboulex dit Courbou

Basique.

Il existe un Droit International, un Droit Constitutionnel, un Droit Civil, Un Droit Commercial, qui règlent les vies de 7,7 milliards d’êtres humains. Or, Homo sapiens a recensé à ce jour huit millions d’autres espèces peuplant notre planète…

Les microbes constituent une bonne part du poids de votre corps, nous sommes tous des Alien ! Chacune et chacun d’entre-nous vit en parfaite symbiose avec un microbiote comprenant des milliers d’espèces, tout aussi respectables que la nôtre.

La Fontaine avait tort de croire, et raison de dénoncer, que la loi du plus fort est toujours la meilleure. C’est la loi du plus sympathique qui règne dans la nature, la symbiose ! (1)

Et Hobbes se trompait en prétendant que l’homme est un loup pour l’homme. Le loup est bien plus civil avec ses congénères que nous.

Toutes les espèces sont sociales et adaptatives. Savez-vous que les pissenlits, en quelques années, se sont adaptés à la fréquence des tontes et se sont nanifiés pour se reproduire et fleurir avant que n’arrive le fléau de la tondeuse qui fait vroum-vroum et qui pollue autant que des milliers de voitures ? Comme le dit Orelsan :

Simple
Notre univers a 13,7 milliards d’années. Quand à notre multivers probable, on n’en sait absolument… rien, mais on cherche, comme l’éléphant cherche les points d’eau… et les trouve.
Lire la suite de Droit de la Terre et Droit Organique »

Ursula Le Guin est morte

25 janvier 2018,

Saluons la disparition à Portland, Oregon, à 88 ans d’une très grande dame qui a mis sa science de linguiste et d’anthropologue et sa plume d’écrivain au service d’une imagination à la taille de l’univers. Parmi les titre d’une immense oeuvre signalons la trilogie de Terremer, La Main gauche de la nuit, Le Nom du monde est forêt, Les Dépossédés…

Entrez ou retournez dans ces livres résonnants comme des cathédrales, faites sauter les verrous de votre imaginaire, saluez une écologie cosmique en compagnie d’Ursula.

On la classe en général parmi les auteurs de science fiction, elle me semble plutôt avoir écrit dans le genre « fantastique ». Pour notre bonheur. Je relis en ce moment Terremer. Je suis trente ans plus tard ému, subjugué par la force spirituelle qui émane de ces textes.

Un admirateur Alain HERVE