Déméter

30 octobre 2021,

Illustration tirée d’un article de Reporterre du 22 février 2020

Deux ans après sa création, la cellule Demeter de la gendarmerie fait toujours polémique

Associations environnementales sous pression, journaliste menacée, lycées agricoles sous influence… La cellule Demeter censée protéger les agriculteurs est accusée par des associations d’étouffer tout débat autour du modèle agricole intensif.

Jamais je n’aurais imaginé vivre une chose pareille en France. On cherche à intimider les associations comme la nôtre.” Henri Plandé, président de l’association Alerte Pesticides de Haute-Gironde alerte depuis qu’il a reçu la visite de gendarmes à son domicile. En février 2020, il a organisé un débat à propos des pesticides, en Nouvelle Aquitaine. Cette initiative lui a valu plusieurs appels de la gendarmerie, qui souhaitait “avoir des informations” sur le contenu de la réunion et ses participants, avant de finalement lui rendre visite. “Ils portaient leurs armes et leurs gilets pare-balles, c’était hallucinant” se souvient-il.
À l’origine de cette visite, la cellule Demeter (du nom de la déesse grecque des moissons) créée en 2019 par le ministre de l’Intérieur de l’époque Christophe Castaner. Ce dispositif, qui a officiellement pour but de lutter contre les atteintes agricoles, s’appuie sur une convention de partenariat passée entre le ministère de l’Intérieur, la Direction générale de la gendarmerie nationale et les deux principaux syndicats agricoles : la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA). Mais d’autres syndicats qui en sont exclus, y voient une tentative d’étouffer tout débat sur le modèle agricole intensif, sous couvert de lutter contre un présumé « agribashing ».
Une des craintes exprimées : c’est de voir les agriculteurs confortés par la gendarmerie dans leur opposition à certaines associations écologistes. “C’est comme si désormais les associations devaient la boucler », estime Maryse Arditi, la présidente de l’association écologiste ECCLA, qui a été qualifiée de “collabo à la solde de la nazi-écologie” par le Syndicat des viticulteurs de l’Aude pour avoir pris position contre le traitement phytosanitaire par voie aérienne. À la demande d’un agriculteur mécontent, une journaliste allemande Bettina Kaps a, elle, été contrainte par des gendarmes à effacer un enregistrement qu’elle avait réalisé dans le cadre d’un reportage.
Enfin, autre évolution qui inquiète des acteurs de l’éducation nationale : des gendarmes, aux côtés de membres des JA sont intervenus dans un lycée agricole pour évoquer “l’agribashing“. Une rencontre qui a eu lieu alors que les JA sont par ailleurs intervenus pour s’opposer à une journée sans viande dans un lycée agricole du Morbihan, et interdire un débat sur le bien-être animal.
Lire l’enquête :
Les opposants à l’agriculture intensive dans le viseur de la cellule Demeter, une enquête de Benoît Collombat, de la cellule investigation de Radio France.
ou écouter le podcast.

Aventures en permaculture – 34, Biodiversité et pesticides

20 octobre 2021,

Mes aventures me conduisent parfois à vous recommander des livres. Je préfère les écrits aux YouTube mais pour une fois je vais vous recommander une vidéo à voir absolument. Il s’agit d’une conférence TEDx sur la biodiversité par Pierre-Henri Gouyon, biologiste de renom. Tout y est, y compris des références de livres si vous voulez creuser le sujet. C’est clair, bref mais complet. C’est particulièrement important car si la notion de changement climatique semble en train de gagner contre ses détracteurs, peut-être trop tard d’ailleurs, la notion de protection de la biodiversité peine encore à sortir des milieux écolos et naturalistes.
Apiculteur amateur j’ai directement assisté au syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles. Un phénomène qui a commencé aux USA avec l’introduction des néonicotinoïdes. Vous avez une belle ruche pleine de miel qui se réveille à la fin de l’hiver, il n’y a pas encore de frelons et le varroa n’est pas trop présent mais le nombre des abeilles diminue progressivement. Il n’y a pas d’essaimage mais vous vous retrouvez avec une ruche vide d’abeilles, pas de cadavres, du miel en abondance. Les abeilles n’ont pas su retrouver le chemin de la ruche.

Et moi qui voudrais des courges butternut pour mes soupes, j’ai pu constater depuis plusieurs années maintenant que si je ne féconde pas les fleurs femelles à la main, je n’ai pas de courges. Je me demande comment font (ou vont faire) les producteurs professionnels. J’ai lu plusieurs fois qu’un tiers du poids de nos fruits et légumes dépendait de la pollinisation par les insectes. En ce qui me concerne c’est déjà plus du tiers.

Ghislain Nicaise

Pendant la Covid-19 (6 : le bilan du CNRS)

16 octobre 2021,

Communication scientifique en situation de crise sanitaire : profusion, richesse et dérives
21 sept 2021
Alors qu’en France métropolitaine on ne relève pas d’indice d’une quatrième vague épidémique, le CNRS, par la voix de son comité d’éthique (COMETS), s’exprime publiquement mais assez discrètement sur la communication scientifique au cours de ces (presque) deux années. Le résumé que nous reproduisons ci-dessous est d’une lecture un peu austère mais ne doit pas vous empêcher de parcourir l’Avis dans son entièreté (PDF, 1Mo). Ceci particulièrement si vous vous posez des questions sur l’épidémie que nous venons de vivre et sur son traitement inhabituel par la plupart des gouvernements mondiaux. Enfin on peut noter que la personne qui a coordonné le rapport est une directrice de recherche émérite qui a une compétence sur les virus, attestée par ses publications sur les phages (ces virus qui détruisent les bactéries).

“RÉSUMÉ : Le COMETS traite, dans cet avis, des multiples formes prises par la communication scientifique dans le contexte de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de COVID-19, due au SARS-CoV-2.
Lire la suite de Pendant la Covid-19 (6 : le bilan du CNRS) »

La crise climatique, la crise des ressources et la démocratie 1/2

14 octobre 2021,
x
A entendre les spécialistes du climat, les 30 prochaines années sont déjà écrites: les perturbations climatiques continueront à augmenter, en fréquence et en intensité, en raison du CO2 déjà émis que la nature n’arrive pas à résorber. Des effets d’emballement sont de plus en plus certains, bien que très difficiles à cerner, et nous emmènent vers des horizons redoutables. 
Dans la même période, nous aurons à gérer la raréfaction de certaines ressources énergétiques, biologiques ou minières, indispensables au monde actuel. Il n’est pas difficile d’imaginer que cette conjonction va créer des crises profondes et complexes, avec des effets croisés pouvant nous plonger dans un état d’urgence permanent. Quelle sera la place de la démocratie dans ce début d’effondrement ?


Lire la suite de La crise climatique, la crise des ressources et la démocratie 1/2 »

Sauvons les abeilles et les agriculteurs

8 septembre 2021,

Nous relayons l’appel suivant, qui fait suite au soutien que nous leur avons manifesté dès le mois de mai 2020. Le Sauvage

Après une longue campagne, l’appel pour signer Sauvons les Abeilles et les Agriculteurs touche bientôt à sa fin. Nous avons besoin de votre aide de toute urgence : nous devons absolument atteindre notre objectif de 1 million de signatures avant le 30 septembre pour exiger de l’UE une agriculture sans pesticides, des mesures pour restaurer la biodiversité et du soutien aux agriculteurs et agricultrices dans cette transition vers l’agroécologie.
Nous pouvons collecter 235 000 signatures en un mois si nous nous mobilisons fortement. Aidez-nous à faire passer le message haut et fort face au lobby des pesticides !
• SVP, signez l’appel ci-dessous et partagez-le au maximum dans vos réseaux (proches, associations, syndicats, partis politiques…)
https://www.savebeesandfarmers.eu/fra/
• Affichez des posters A4 (faciles à imprimer) dans votre épicerie, bibliothèque, café citoyen, local associatif ou dans tout autre lieu de passage.
https://www.savebeesandfarmers.eu/w/files/posters/poster_fr.pdf
Faites passer l’information au maximum et ne vous laissez pas rebuter par les informations demandées dans le formulaire de signature. Les données sont collectées de manière sécurisée, elles ne seront utilisées qu’à des fins de de vérification d’un échantillon de signatures par la France (selon la loi européenne) avant d’être  effacées définitivement.

Marie-Monique Robin (‘Le Monde selon Monsanto’) soutient elle-aussi cette initiative. Nous comptons sur vous pour relayer son message puissant, et pour célébrer ensemble une victoire citoyenne fin septembre !
https://www.youtube.com/watch?v=itdYNTSnBz0

Pendant la Covid-19 (5 : la mortalité)

8 août 2021,

Depuis le début de l’épidémie, des critiques ont été formulées sur la mortalité qu’elle entrainait, on se souvient du qualificatif de « grippette » d’ailleurs parfois utilisé pour dire que ce n’en était pas une. Il y a presque un an, le 20 août 2020, j’ai eu l’occasion d’évoquer la surmortalité mesurée en France pendant la première vague de l’épidémie. La mortalité enregistrée par l’INSEE, toutes causes confondues, est une donnée moins critiquable que la mortalité attribuée à la Covid-19. De plus la comparaison du déroulé des décès jour par jour avec les valeurs enregistrées les années précédentes donne une assez bonne idée du sérieux de l’épidémie, ainsi que de l’importance des vagues épidémiques. L’examen d’une carte de France de la surmortalité, inégale selon les départements, confrontée aux chiffres de la contagion, permettait de conclure que l’ampleur de la vague de surmortalité ne pouvait être due au confinement (contrairement à certaines affirmations).
Au moment où des mesures coercitives de lutte contre la contagion sont contestées par des manifestations de rue, il est temps de faire le point sur la dangerosité de l’épidémie, si vous en êtes d’accord, nous le ferons avec ce même outil de mesure de la surmortalité.
Lire la suite de Pendant la Covid-19 (5 : la mortalité) »

Jour du dépassement 2021

31 juillet 2021,

Depuis 2014, le Sauvage vous signale chaque année la date du jour du dépassement des ressources de la planète (http://www.lesauvage.org/2014/08/overshoot/). C’est l’Earth Overshoot Day calculé par le Global Footprint Network, cette institution d’origine universitaire à l’origine de la notion d’empreinte écologique. Cette année le jour du dépassement est le 29 juillet, presque un mois plus tôt qu’en 2020.

La Baleine (copinage)

30 juin 2021,

Si par oubli (pardonnable) vous n’êtes pas encore abonné·e, vous pouvez néanmoins parcourir le dernier numéro de La Baleine ici (https://www.amisdelaterre.org/journal-baleine/numero-204/).

Des tresses vertes pour le Rojava

16 juin 2021,

Rojava. La chaleur étouffante du mois de mai tombe doucement alors que le soleil décline. Derrière l’université de Qamishlo, au nord de la Syrie, quelques personnes s’affairent dans un espace en friche devenu jardin.

(photo Loez)

L’air y est plus léger qu’en ville, moins chargé des poussières et des fumées de mauvais mazout alimentant générateurs et engins motorisés, qui empuantissent l’atmosphère et raclent la gorge. Les bénévoles de Keziyên kesk – les tresses vertes –, un groupe de jeunes femmes et hommes, s’activent à enlever les mauvaises herbes autour des dizaines de jeunes pousses d’arbres, alignées en rang serré, avant de les arroser soigneusement en veillant à ne pas les noyer.


Lire la suite de Des tresses vertes pour le Rojava »