Archives d’un auteur

1972, la préfiguration du Sauvage

19 mai 2022,

LA DERNIÈRE CHANCE DE LA TERRE

C’est il y a cinquante ans, en juin 1972, que le Nouvel Observateur publie un magazine Hors Série, “Spécial Écologie”, titré “LA DERNIÈRE CHANCE DE LA TERRE”. Cette publication est inspirée par les conclusions inquiétantes du Rapport Meadows, qui font grand bruit dans le monde industrialisé.

Ce rapport “The Limits to Growth”  a été commandé au MIT en 1970 par le Club de Rome, un cercle de scientifiques et d’industriels préoccupés par la finitude des ressources et la démographie. Les conclusions des chercheurs en Dynamique des Systèmes du MIT, présentées à la presse en mars 1972, sont édifiantes: elles prévoient un effondrement des ressources industrielles vers les années 2020, si le modèle de croissance économique se poursuit.

Bien que l’industrie et le commerce cherchent encore à le masquer, nous sommes entrés dans cet effondrement qui voit le prix des ressources exploser en raison de leur difficulté d’extraction et de production, un effondrement accentué par le bouleversement du climat.

Ce numéro spécial du Nouvel Obs publie quelques extraits du rapport Meadows, qui nous sont aujourd’hui familiers. Il y est clairement établi que nous n’avons que de choix qu’entre une décroissance choisie et une décroissance subie, une évidence, que, cinquante ans plus tard, hélas, la quasi-totalité de la population mondiale n’arrive toujours pas à comprendre et à admettre.

Voici des extraits publiés dans ce numéro:

“Une analyse objective des faits nous démontre que, des trois possibilités offertes — croissance illimitée, limitation volontaire de la croissance et limitation imposée par l’environnement naturel —, seules les deux dernières sont plausibles.

[…]

Chaque jour pendant lequel se poursuit la croissance exponentielle rapproche notre écosystème mondial des limites ultimes de sa croissance. Décider de ne rien faire, c’est décider d’accroître le risque d’effondrement. Nous ne savons pas avec certitude pendant combien de temps encore l’humanité pourra différer une politique de contrôle de sa croissance avant de perdre irrémédiablement la chance de pouvoir exercer ce contrôle.

[…]

Le choix est donc clair : ou bien ne se soucier que de ses intérêts à court terme, et alors poursuivre l’expansion exponentielle qui mène le système global jusqu’aux limites de la terre et à l’effondrement final ; ou bien définir le but, s’engager à y parvenir et commencer, progressivement, rigoureusement, la transition vers un état d’équilibre.”

La rédaction de ce numéro spécial a été confiée à Alain Hervé, fondateur de l’antenne française des Amis de la Terre quelques années auparavant. Dans son éditorial, il exhorte la population à s’engager dans une révolution écologique:

“Une loi nouvelle, celle de l’accélération, change notre destin. En cinquante ans, la vie a changé davantage qu’au cours des millénaires. Et tout va aller encore beaucoup plus vite désormais. En vérité, il reste dix ans pour définir des solutions. C’est peu, mais c’est suffisant. Nous sommes au bord du cataclysme, nous pouvons être aussi au bord d’un monde nouveau.”

Les choix rédactionnels d’Alain Hervé et de ses collaborateurs sont judicieux: tous les ingrédients de la culture et de l’écologie, de l’activisme, de l’appel à l’action,  du témoignage, de la réflexion philosophique et politique, jusqu’au sens pratique, à la simplicité, à l’humour, sont réunis pour préfigurer une revue dédiée qui verra le jour un an plus tard: Le Sauvage, dont le premier numéro sortira en janvier 1973*.

Ce Hors Série de 1972 accueille des réflexions importantes, notamment de Michel Bosquet, plus connu aujourd’hui sous le nom d’André Gorz, et qui a co-créé la ligne du Nouvel Observateur avec Jean Daniel et Claude Perdriel en 1964. On y trouve des interventions de Théodore Monod, de Gilles Lapouge, une entrevue avec Edgar Morin, des dessins de Puig Rosado, des témoignages de paysans ou de voyageurs, et même un reportage de Bernard Guetta ou une chronique de Franz-Olivier Giesbert, mais aussi un guide pratique de l’écologie, des conseils de consommation ou de recyclage, des invitations à rejoindre des mouvements écologistes, une bibliographie des ouvrages consacrés à l’écologie. On y trouve aussi une curiosité en début de journal, un éco-blanchiment pour “l’écologie” du Tout-électrique, c’est-à-dire en réalité, le Tout-Nucléaire en vigueur au début des années 70.

Ce numéro, associé au retentissement du Rapport Meadows, aura un impact considérable. La respectabilité de l’Obs dans les milieux progressistes donne enfin à l’écologie, que l’on ne considérait alors que comme un amusement des “jeunes à cheveux longs“, une importance médiatique, politique et sociétale méritée. De nombreuses personnalités et de nombreux citoyens découvrent l’écologie à l’occasion de ce numéro et le considèrent comme un moment déclencheur de leur prise de conscience.

On peut télécharger le PDF de ce numéro Hors Série ici.

*et que nous fêterons dignement au début de 2023

Le méthane en folie

21 avril 2022,

C’est au milieu de l’océan Pacifique, loin des pollutions industrielles et urbaines, à 3400 m d’altitude sur le flanc du volcan Mauna Loa à Hawaï, que le NOAA effectue des mesures des gaz à effet de serre sur l’hémisphère Nord.

Quatre Gaz à Effet de Serre (GES) très influents sur le climat y sont surveillés jour après jour:

 

le dioxyde de carbone (CO2)

l’hexafluorure de soufre (SF6)

 

le dioxyde d’azote (N2O)

et le méthane (CH4).

 

Source : https://gml.noaa.gov/ccgg/trends_ch4/

 

On ne peut que constater avec impuissance que la concentration de ces GES non seulement augmente mais accélère. Ces graphiques sont les indicateurs les plus fiables de notre réussite ou de notre échec politique global sur le réchauffement. Echec total à l’échelle globale.

Penchons-nous un instant sur l’augmentation de la libération de méthane.

Bien que le méthane ne participe que pour 15% de l’effet de serre, contre 60% pour le CO2, l’accentuation de cette courbe depuis 2007, et surtout depuis 2019, n’est pas rassurante.  Le méthane est un gaz qui est beaucoup plus “à effet de serre” que le CO2. Une partie est issue des activités de la biomasse en relation avec le climat, mais les émissions de méthane sont majoritairement dues aux activités humaines, notamment agricoles, aux déchets, puis à l’industrie des combustibles carbonés; notamment à la fracturation hydraulique des roches pour le gaz et le pétrole de schiste, qui libère du méthane sans aucune possibilité de contrôle. Il est singulier de voir qu’après une stabilisation au début des années 2000, une accélération survient dans la même période où la fracturation devient massive aux USA (1).

On s’inquiète aujourd’hui de l’influence de la température, notamment en arctique, sur la libération de méthane enfoui, terrestre(2) ou océanique(3). Les stupéfiants records de température récents en zones polaires, parfois de plusieurs dizaines de degrés supérieurs aux moyennes saisonnières, sont particulièrement préoccupants.

C’est un cercle vicieux. Plus il fait chaud, plus le méthane terrestre et marin est libéré, entrainant une augmentation de l’effet de serre, et donc du réchauffement. C’est une rétroaction climatique, c’est-à-dire, en langage pour le grand public, un effet d’emballement. Dans l’histoire du climat, des études paléoclimatiques basées sur des analyses sédimentaires ont montré l’existence d’emballements thermiques rapides dus à la libération du méthane enfoui. Est-on au début d’un tel phénomène ? l’évolution du méthane sur ces trois dernières années n’est pas rassurante.

 

1. Howarth, 2019

2. https://www.youtube.com/watch?v=4HxB01a2Vtc 

3. https://siberiantimes.com/other/others/news/first-pictures-and-video-of-the-largest-methane-fountain-so-far-discovered-in-the-arctic-ocean/

La crise climatique, la crise des ressources et la démocratie, 2/2

7 janvier 2022,

Le citoyen au coeur de la résilience.

Résumé de l’épisode précédent:

Bien que tous les voyants climatiques soient au rouge, que les ressources s’épuisent, que les crises s’amplifient, tout se passe comme si nous essayions d’occulter, consciemment ou inconsciemment, que le monde s’enfonce peu à peu dans un état d’urgence permanent, dans lequel on sait que la démocratie sera bafouée.
Mais tout n’est pas perdu. Si l’on n’a pas toujours réussi à influer par le haut sur les nations ou le monde, il reste réaliste d’agir à l’échelle locale ou à l’échelle de territoires partageant des communs. De l’éco-hameau jusqu’aux bio-régions, en passant par le jardin partagé ou la salle associative, nous voyons que des groupes motivés arrivent à construire des enclaves écologiques et citoyennes, sur des principes de démocratie directe, capables de mieux résister à l’effondrement en cours. L’utopie voulant que ces enclaves s’interconnectent un jour afin de proposer des visions macro-territoriales.

(suite…)

La crise climatique, la crise des ressources et la démocratie 1/2

14 octobre 2021,
x
A entendre les spécialistes du climat, les 30 prochaines années sont déjà écrites: les perturbations climatiques continueront à augmenter, en fréquence et en intensité, en raison du CO2 déjà émis que la nature n’arrive pas à résorber. Des effets d’emballement sont de plus en plus certains, bien que très difficiles à cerner, et nous emmènent vers des horizons redoutables. 
Dans la même période, nous aurons à gérer la raréfaction de certaines ressources énergétiques, biologiques ou minières, indispensables au monde actuel. Il n’est pas difficile d’imaginer que cette conjonction va créer des crises profondes et complexes, avec des effets croisés pouvant nous plonger dans un état d’urgence permanent. Quelle sera la place de la démocratie dans ce début d’effondrement ?

(suite…)

Comment les réseaux sociaux détruisent la société

27 mai 2021,

Les réseaux sociaux utilisés par la majorité de la population ne sont pas des entreprises philanthropiques. Leur modèle économique est uniquement basé sur la publicité. Ce sont des régies publicitaires au sens strict: ils fournissent et gèrent des espaces publicitaires ciblés, à destination des annonceurs. Leur fonctionnement est très simple: le “réseau social”, autrement dit, dans le jargon, “la plateforme”, fournit des services et contenus gratuits vers des milliards d’utilisateurs. Ces services et ces contenus sont accompagnés de publicités, et tous peuvent également être diffusés par d’autres vecteurs, moyennant divers accords de rétribution. En échange, la plateforme s’empare gratuitement des données personnelles et intimes pour mieux cibler individuellement chaque utilisateur.

Vous avez beau penser, lecteurs avertis du Sauvage, que vous n’êtes pas sensibles à la publicité, les chiffres d’affaire des deux principales régies publicitaires montrent qu’il n’en est pas de même pour l’ensemble de la société: Facebook et ses filiales (Instagram, Messenger, Whatsapp), Alphabet et sa filiale Google (Google services, Gmail, Youtube, Blogger, Chrome, Android, etc), ont reçu à elles deux, dans la dernière année, près de 300 milliards de dollars des annonceurs publicitaires. Ces derniers ne dépenseraient pas de telles sommes si la publicité ne fonctionnait pas. Les réseaux sociaux sont devenus les principaux supports du capitalisme, en diffusant des milliards de messages publicitaires destinés à augmenter la consommation.

Chaque plateforme a sa propre stratégie de monétisation, mais les principes sont, au final, identiques. Si vous cliquez pour visiter une publicité, un montant sera incrémenté sur les sommes versées au réseau social par l’annonceur. Si vous réalisez l’achat, un deuxième montant sera éventuellement versé en fonction du modèle de monétisation de la plateforme. Les milliards de dollars de bénéfice des réseaux sociaux sont issus de petites actions de l’utilisateur.

(suite…)

Dossier Énergie 4/4: une installation autonome décroissante pour 4 personnes

9 avril 2021,

Voici le dernier volet de notre étude sur le solaire photovoltaïque: une installation minimale autonome décroissante pour se passer du réseau électro-nucléaire.

Configuration et cahier des charges de la consommation

Photo: un mix énergétique vu du ciel….

Pour cette étude, nous simulons les besoins d’une famille de 4 personnes dont l’habitat dispose d’une ressource solaire bien exposée. Famille décroissante, car vivant simplement, ou désirant vivre bien plus en accord avec la sobriété nécessaire pour les années à venir. Famille conscientisée sur la technologie utilisée, car une consommation minimale nécessite de suivre une “hygiène énergétique” rigoureuse, afin de coller aux caprices du soleil sans épuiser les batteries. Nous ne sommes pas dans la facilité électro-nucléaire, dans laquelle il suffit d’appuyer sur le disjoncteur, payer sa facture, et fermer le yeux sur le reste.

(suite…)

Dossier Énergie 3/4: une installation électrique autonome de secours

16 mars 2021,

Suite du deuxième volet: Du thermique avant le photovoltaïque

Objectif: construire une petite résilience énergétique avec panneau photovoltaïque et batterie

Le but de cette installation solaire de secours est de faire face aux pannes temporaires du réseau électrique national, généralement en raison d’événements climatiques divers:  tempêtes, canicules, ou grand froids, voir le premier volet du dossier. Elle est compatible avec un appartement, si celui-ci dispose d’une fenêtre ou d’un balcon au soleil.

(suite…)

Dossier Énergie 2/4: du thermique avant le photovoltaïque !

5 février 2021,

suite de l’article Dossier Énergie: le solaire photovoltaïque en France en 2021 (1/4)

Si vous avez un ballon d’eau chaude électrique (cumulus), ainsi qu’une toiture, ou un balcon, ou un bout de mur, ou un bout de jardin bien orientés, mais pas encore de solaire thermique, vous allez d’abord commencer par installer des capteurs thermiques pour chauffer votre eau. Cette installation va vous permettre de faire décroitre votre consommation électrique et votre facture, pour un coût minime, pendant de nombreuses années.

En effet, pour chauffer de l’eau, le rendement d’un capteur solaire thermique est très bon, jusqu’à 80% de l’énergie solaire est récupérée, comparativement aux 20% d’un capteur photovoltaïque dont on prétendrait ensuite utiliser l’électricité pour chauffer de l’eau.

Un principe simple et robuste

Capteurs-plats au sol. Au moins 30 ans sans souci !

Les capteurs solaires thermiques à eau existent depuis le 19ème siècle, et sont industrialisés depuis les années 60. Leur fonctionnement est très simple: dans le système à capteur-plat, on utilise une surface métallique absorbante, noire ou bleue, sous un vitrage, pour profiter de l’effet de serre. Ce métal est soudé à un serpentin de tuyaux, généralement en cuivre, dans lequel circule le liquide caloporteur jusqu’à votre ballon. Bien conçue avec des matériaux de qualité, une telle installation peut durer plus de 40 ans, soit bien plus que votre ballon !

Une nouvelle technologie, à base de tubes de verre sous vide abritant un ensemble caloporteur, permet de gagner un peu plus de rendement, notamment si vos conditions climatiques sont faibles ou très fluctuantes ( ce capteur fonctionne bien également avec des soleils voilés ou intermittents). Il y a plusieurs sous-systèmes différents. Bien vérifier que la panne d’un seul tube ne gène pas la production des autres.  Ne pas hésiter à acheter d’entrée un tube de rechange, qui ne servira peut-être que 10 ans plus tard ! (suite…)

Jean-Marc Jancovici, le thermodynamique pragmatique

18 février 2020,

Jean-Marc Jancovici , dessiné par Manon Riera, extrait.

Jean-Marc Jancovici* est un personnage incontournable pour la compréhension des enjeux actuels et à venir liés aux ressources et au climat. Entouré par de nombreux analystes qui dissèquent et étudient les flux d’énergie et de matière, naturels comme anthropiques, il développe une vision thermodynamique et pragmatique de la société. Ces cours et ses conférences, librement disponibles sur Internet depuis des années, vulgarisent parfaitement de nombreux mécanismes d’interdépendance entre énergie, industrie, économie et climat. Son discours est particulièrement important pour rappeler aux décideurs et au grand public qu’il existe des principes physiques incontournables qui régissent directement nos activités.

Au premier rang, le constat simple et pourtant évacué du champ décisionnel, est que la terre est composée de ressources naturelles, énergétiques et minières en quantités faibles et finies. En à peine deux siècles de consommation irraisonnée, nous arrivons à l’épuisement définitif de certaines ressources et à une décroissance inévitable des activités liées. Cette conscience de la décroissance inévitable est indispensable. (suite…)