Archive pour la catégorie ‘Nous avons vu’

Piège mortel : Théâtre La Bruyère

28 janvier 2017,

Par Michèle Valmont14806001191679_photo_hd_31263

En montant « Piège mortel » d’Ira Levin, pièce qui a déjà connu un immense succès à Broadway il y a une quarantaine d’années, le théâtre La Bruyère propose une soirée haletante.

Dans une mise en scène virevoltante d’Eric Métayer, au sein d’un superbe décor d’Olivier Hébert, l’action, émaillée de multiples rebondissements, enchante le public tout en le déroutant.

Sidney Brown, un auteur dramatique en panne d’inspiration, reçoit un manuscrit remarquable d’un jeune écrivain, Clifford, qu’il rêve de s’approprier pour relancer sa carrière . Sous les yeux horrifiés de sa femme, Myra, il (suite…)

Le funeste destin des génies précoces: Bernard Buffet

8 décembre 2016,

par Marjorie Jouenexpo-peinture-bernard-buffet-retrospective-musee-art-moderne-paris

Pas facile de trouver des compagnons pour voir la rétrospective consacrée à Bernard Buffet au Musée d’art moderne de Paris : les barbouillages des années 90, la surexploitation commerciale et quasi-industrielle des œuvres par le peintre lui-même expliquent grandement la réaction de rejet parmi mes amis âgés de plus de 50 ans. Pour les autres, Buffet évoque peut-être un portrait de clown reproduit à des millions d’exemplaires, mais qui n’est (suite…)

America has just elected a fascist

24 novembre 2016,

aodhan-redSur youtube, un parlementaire irlandais réagit à l’élection de Donald Trump

youtube.com/watch?v=z27-pO9S2qo&feature=youtu.be

Avant le déluge

1 novembre 2016,

bosch-le-jardin-des-delicesUn film produit par Leonardo di Caprio, sous-titré en français, en libre accès sur Internet. On savait déjà qu’il y a des climato-sceptiques, qu’il ne faut plus manger de boeuf ni d’huile de palme, mais on ne le dira jamais assez. A noter un plaidoyer pour que la taxe carbone remplace progressivement les autres impôts. Le film se termine de manière réaliste mais optimiste sur les mesures à prendre d’urgence. Le Sauvage.

Le personnage désincarné, La Huchette

8 octobre 2016,

6e81bc6411578edd400881d394050d48

par Michèle Valmont

Avec sa nouvelle pièce, « L’homme désincarné », Arnaud Denis surprend et séduit le public du Théâtre de la Huchette.

Le sujet en est riche : pendant une répétition, un comédien s’arrête de jouer. Il refuse d’interpréter le texte de son auteur, qu’il trouve insignifiant. L’auteur intervient pour le persuader que son œuvre est bonne et qu’il n’a de toute façon pas le choix puisqu’il a été créé pour la jouer. Il ne peut donc échapper ni à son créateur ni à son destin théâtral qui le condamne à la répétition, soir après soir, d’un texte qui le mène à son suicide fictif. L’emprise du créateur sur son personnage semble inexorable jusqu’à l’intervention d’un technicien qui suggère au comédien d’inverser la tendance…et là, tout bascule.

Toute la problématique du théâtre est là. Si la personnalité de l’acteur s’efface (suite…)

Survivre à Frantz

27 septembre 2016,

Frantz, Affiche

Frantz, Affiche

par Frédérique Lorenzi
Le film démarre comme une plongée dans l’univers cinématographique de Fritz Lang : un cimetière désert, des pavés luisants de pluie résonnant sous les pas, des intérieurs austères et des passages voûtés où la rumeur ranime les braises encore fumantes de la haine patriotique.
Le rythme est donné par l’usage de nombreux plans fixes, rendant l’atmosphère pesante autour de personnages dont l’équilibre mental et affectif, au lendemain de quatre années de massacre guerrier, oscille entre amour et haine, sincérité et mensonge, humanité et souffrance, raison et folie, rédemption et damnation. Le spectateur, pris en otage, est balloté entre ces extrêmes.
Le noir et le blanc ne cèdent la place à la couleur que furtivement, à l’évocation des jours heureux, rêvés ou vécus, alors qu’on aurait voulu qu’elle s’installe plus longtemps.
Comme dans une valse à trois temps, François Ozon nous fait tourner la tête. Le spectateur a face à lui Adrien, tour à tour un héros désespéré par la perte d’un ami, puis un ancien soldat traumatisé tenté par le (suite…)

Sur le Plat Gousset, Granville, ethnographie

20 septembre 2016,

imagespar Dick Howe
Comme chaque année, notre correspondant ethnographe anglophone à Granville a étudié les tendances de l’été sur les t shirts qui défilent sur la célèbre promenade granvillaise.
The weather was sunny this August on the Plat-Gousset and the fashionistas met the challenge with enthusiasm and pride.
The good weather may have stimulated T-shirted statements of philosophy. For example, “Humans Are Not Cool,” “No Risk No Gain,” “To Feel Is To Believe,” “Love,” “Happiness” (followed by a lengthy footnote I couldn’t possibly read), “Poison Love” (with skull and crossbones), and “Nice Guys Finish Last.”
Perhaps most noticeable was a trend toward commercialization, with a surge in (suite…)

Pyrénées de Victor Hugo, Le Lucernaire

16 septembre 2016,

par Michèle Valmontaffiche-pyrenees
Que voilà un spectacle original. On n’attendait pas Victor Hugo dans des récits de voyages, et pourtant c’est bien une relation de son voyage dans les Pyrénées à l’été 1843 que nous présente Julien Rochefort, dans une adaptation et mise en scène de Sylvie Blotnikas.
Victor Hugo avait l’habitude de voyager seul. Il notait ses impressions sur un carnet et écrivait régulièrement à sa femme et à ses enfants avec une immense affection. De Bayonne à Pampelune, du cirque de Gavarnie à Rochefort, sa narration précise est truffée d’anecdotes savoureuses : ah, la chevauchée périlleuse dans une montagne escarpée ou la traversée (suite…)

Vient de paraître au Théâtre 14

13 septembre 2016,

37978par Michèle Valmont
Quel plaisir de voir programmée par le Théâtre 14 une pièce d’Edouard Bourdet, injustement ignoré depuis bon nombre d’années. On oublie son importance pendant l’entre-deux guerres et on ne le connaît que par l’adaptation cinématographique de ses pièces « Fric-Frac » et « Le sexe faible ».
Dans « Vient de paraître », Bourdet s’amuse des magouilles du monde de l’édition. Sans doute règle-t-il quelques comptes au passage. Moscat, un éditeur riche et célèbre, pistonne son auteur Maréchal pour le prix Zola. Au tout dernier moment, c’est un auteur inconnu qui remporte le prix. Que s’est-il passé ? D’intrigues en embrouilles de toutes sortes, l’écrivain novice, Marc, et sa femme Jacqueline, se trouvent plongés dans un monde de requins dont le cynisme et l’appât du gain mettront leur couple en péril. La sincérité de l’amour de Jacqueline pour son mari est mise à rude épreuve face aux avances du séduisant Maréchal. Marc souffre. Va-t-il transformer cette souffrance en nouveau livre, comme (suite…)