Archives d’un auteur

Interdiction d’utiliser l’eau de pluie au jardin ! ! ! ! ! ! !

1 octobre 2023,

Une nouvelle incroyable que l’on a du mal à comprendre. Depuis le 31 août dernier, date de publication au Journal Officiel du décret n° 2023-835 du 29 août 2023, il n’est plus possible d’utiliser l’eau de pluie pour arroser les jardins, ni-même pour tout usage intérieur en maison, chasse d’eau ou lavage des sols par exemple. Ni-même après traitement de potabilisation. Interdit chez soi, mais aussi dans un tas de lieux publics. On pense à tous les Tiers-Lieux et éco-lieux où la récupération d’eau de pluie est un principe de base…  

C’est une incroyable nouvelle, surtout au moment où la perspective de sècheresses et donc de pénuries longues nous incite à mettre en place ou à améliorer des dispositifs de récupération d’eau. Ces dispositifs sont vendus et installés par des entreprises partout en France.

Des dizaines d’ouvrages sur le sujet ! des centaines d’entreprises posant des dispositifs !

Ce décret mélange de façon incompréhensible les eaux de récupération issues du traitement des eaux, et les eaux de pluie. Voici les extraits les plus importants :

– L’article définissant l’eau de pluie.

« Art. R. 211-124.-Pour l’application de la présente section, on entend par “ eaux de pluie ” celles issues des précipitations atmosphériques collectées à l’aval de surfaces inaccessibles aux personnes en dehors des opérations d’entretien et de maintenance.

(suite…)

Agrivoltaïsme ?

28 septembre 2023,

Panneaux photovoltaïques sur de la vigne. Cliché Sunagri.fr

Photovoltaïque sur des terres naturelles, agricoles ou forestières : nous ne tomberons pas dans le panneau !
Alors qu’Emmanuel Macron affirme vouloir travailler avec les agriculteurs pour leur permettre d’avoir « par l’agrivoltaïsme » une réponse à la baisse des rendements, plus de 200 organisations rejettent ici cette « vision d’une transition écologique allant vers une société de surconsommation ultra-connectée » et appellent à une opposition massive à tous ces projets photovoltaïques.
Nous, organisations en lutte contre les centrales photovoltaïques sur les terres agricoles, naturelles, forestières et en milieux aquatiques, refusons les dérives des énergies renouvelables prises dans des logiques de marché.
Nous récusons le terme « agrivoltaïsme », qui relève du marketing et vise à légitimer un opportunisme foncier et financier dans un contexte difficile pour le monde paysan. « L’agrivoltaïsme » éloigne de l’autonomie : il ajoute à la dépendance au complexe agro-industriel (industries de la grande distribution, des engrais, pesticides et semences, machines agricoles, banques, organisations syndicales défendant leurs intérêts…) une autre dépendance plus moderne, car porteuse de l’image de l’énergie renouvelable.
Nous dénonçons la diversion introduite dans la loi d’Accélération des Énergies renouvelables (AER) qui permet de distinguer un « agrivoltaïsme » soi-disant en synergie avec l’agriculture, d’un autre photovoltaïque qui irait sur des terres dîtes « incultes ». Or d’une part ces deux catégories relèvent de la même pratique marketing permettant aux industriels de s’accaparer du foncier, et d’autre part « c’est bien sur des terres considérées comme pauvres que s’est en grande partie développé l’élevage » (1). Et alors même que les lobbies œuvrent afin que les textes légaux considèrent de moins en moins ce phénomène comme de l’artificialisation : « on va vous louer le volume d’air au-dessus de votre parcelle pendant trente ans » (2) déclare ainsi cyniquement un prospecteur, nous affirmons que des tonnes de métal dénaturent les espaces agricoles, naturels et forestiers. Et quand bien même dans leurs discours, la production d’électricité est cyniquement présentée comme étant « secondaire », tandis que le but premier serait d’aider l’agriculture face au changement climatique en créant de l’ombre, nous affirmons que la rente issue de la production d’électricité est bien l’unique raison de ces projets. Surtout, il est passé sous silence qu’ « en terme de résilience, les pratiques agroécologiques de couverture du sol, d’amortissement climatique avec des arbres, de diversification en réduisant la monoculture et la densité de plantation des fruitiers apportent plus de sursis que des panneaux » (3). (suite…)

50 ans du Sauvage: le numéro 3 de l’été 1973

17 septembre 2023,

Nous diffusons aujourd’hui le PDF du numéro 3 du Sauvage, de juin-juillet 1973, titré “Travailleurs de tous les pays, reposez-vous !”. Ce numéro résonne particulièrement bien 50 ans plus tard, à  l’heure de la “bifurcation” qui agite les milieux du travail.

On y trouve, entre autres articles sur la consommation, sur les essais nucléaires français, sur la répression des Indiens aux USA, sur la captation de terre par l’armée ou l’urbanisation sauvage, une généreuse tribune de Konrad Lorenz contre la croissance et la destruction de la nature, ainsi qu’un éloge inconditionnel du vélo par Serge Moscovici, théoricien de l’écologie politique et pionnier de l’écoféminisme.

Le PDF du numéro peut se télécharger ici ( PDF-39 Mo)

François Roddier

30 août 2023,

François Roddier nous a quittés. Le Sauvage avait eu l’occasion de mentionner son nom et l’apport de sa pensée à trois reprises, à propos du transhumanisme, des singularités et de l’évolution. Les fidèles de son blog (il y en avait forcément) savaient depuis quelques mois qu’il n’allait plus assez bien pour continuer à nous faire profiter de ses réflexions. Nous ne savons pas combien de temps ce blog sera encore accessible et le plus simple nous a semblé d’en recopier la dernière page, pour laquelle nous remercions ses proches.

Aux lecteurs de François.

Il nous a quittés en ce mois d’août. Je vous remercie de l’intérêt que vous avez porté à ses travaux, et à travers lequel, en le (re)lisant, vous continuez à le faire vivre. S’il a marqué par sa recherche en astronomie et son lien avec ses étudiants, ses années de retraite ont été enrichies par les lectures et réflexions inscrites sur ce site au fur et à mesure qu’il les élaborait.

Je dépose ci-dessous quelques liens aux présentations disponibles dans lesquelles il a résumé sa pensée post-retraite. D’autres liens, pdf, et autres documents sont présents dans les billets mêmes.

Claude Roddier

———————–

Quelques conférences qui existent sur YouTube:
La thermodynamique de l’évolution : du Big Bang aux sciences humaines (Institut d’Astrophysique de Paris, 5 octobre 2010) 90′
La thermodynamique des transitions économiques (Shift Project, 12 mars 2015), 77′
Thermodynamique et évolution (Observatoire Midi-Pyrénées, 19 septembre 2017), 74′
Thermodynamique et économie (École des Mines Paris Tech, 12 avril 2018), 30′

Ces trois articles disponibles en ligne publiés dans la revue Res-Systemica de l’AFSCET:
« Thermodynamique et économie, Des sciences exactes aux sciences humaines » (2014)
« La thermodynamique des transitions économiques » (2015)
« L’équation de van der Waals appliquée à l’économie » (2017)

Ses chapitres publiés dans ces collections:
Sous la direction de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Aux origines de la catastrophe: Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? (Les liens qui libèrent, 2020)
Sous la directions d’Agnès Sinaï et Mathilde Szuba, Politiques de l’Anthropocène: Penser la décroissance. Économie de l’après-croissance. Gouverner la décroissance (Les Presses de Sciences-Po, 2021)

Ses livres sur la thermodynamique, disponibles aux éditions Parole:
Le pain, le levain, et les gènes (2007)
Thermodynamique de l’évolution: un essai de thermo-bio-sociologie (2012)
De la thermodynamique à l’économie (2018)
The Thermodynamics of Evolution, trans. Steve Ridgway (2020)

et cet article récent en anglais, co-écrit avec Mireille Roddier qui répondait à la question de Didier Pillet, « Alors que l’accès à l’énergie se restreint, l’économie mondiale est-elle à la veille d’un changement systémique ? »:
« Energy flows and the self-organization of societies as dissipative structures » (Annales des Mines, 2023)

ainsi que ce bel article de Matthieu Auzanneau dans Le Monde, lors de la parution de Thermodynamique de l’évolution:
« François Roddier par-delà l’effet de la Reine Rouge” (Le Monde, 30.10.2013)

Jour du dépassement 2023

4 août 2023,

Le jour où nous avons utilisé plus de ressources que la planète ne peut en fournir pour 2023 était cette année le 2 août. C’est un très léger progrès et si l’on veut rester du côté du verre à moitié plein, on peut noter une stabilisation de l’empreinte humaine qui n’est pas due seulement au covid. Il ne faut pas sous-estimer cependant la dégradation de l’habitabilité de la Terre que cela implique.

L’avancée du jour du dépassement depuis 1971

Mai-Juin 1973, Le Sauvage n°2: La grande crise de l’énergie.

13 juin 2023,

Nous diffusons aujourd’hui le PDF du numéro 2 du Sauvage, de mai-juin 1973, titré “La grande crise de l’énergie”. Comme vous pouvez le voir, nous sommes toujours dans une grande crise de l’énergie !

“Dans les quelques années qui viennent, il nous faut accepter la possibilité de pénuries d’énergie sporadiques et une certaine hausse du prix de l’énergie. […] La production intérieure disponible de pétrole n’est désormais plus capable d’en suivre la demande” déclare Richard Nixon, président des Etats-Unis, en avril 1973, au moment où l’équipe du Sauvage préparait le numéro de Mai Juin.

(suite…)

La criminalisation de la lutte écologiste, vue du Sénat

29 mars 2023,

Au Sénat, une intervention remarquable du sénateur écologiste Thomas Dossus, le 29 mars 2023.

Les scientifiques insistent…

26 février 2023,

La recherche arrive à la conclusion que nous sommes en train de détruire la terre.
Le représentant des banques: Auriez-vous l’obligeance de reformuler cela en des termes équivoques, imprécis, vagues, tournant autour du pot, que nous puissions tous comprendre ?

A l’initiative du collectif Scientifiques en rébellion, 600 scientifiques, dont des co-auteur·es des rapports du GIEC, demandent, dans une tribune à « l’Obs », aux membres du conseil d’administration de BNP Paribas de prendre leurs responsabilités face à la catastrophe écologique en cours en cessant tout soutien à l’ouverture de nouveaux gisements pétroliers et gaziers.

“Nous sommes des scientifiques alarmé·es par la catastrophe écologique en cours et plus encore par la faiblesse des actions mises en place pour en limiter l’ampleur, alors que les risques sont connus, clairement évalués, et menacent l’ensemble des sociétés humaines et des écosystèmes. Certain·es parmi nous ont contribué aux rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ou sont spécialistes des questions climatiques. Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous rappeler solennellement qu’un grand pouvoir implique une grande responsabilité : vous occupez un poste où vous pouvez jouer un rôle majeur face au changement climatique.
La synthèse des études scientifiques est très claire : respecter l’Accord de Paris impose de laisser la majorité des énergies fossiles encore disponibles dans le sol et de ne plus ouvrir de nouveaux gisements en dehors de ceux déjà en exploitation. Ainsi, l’Agence internationale de l’énergie a annoncé en 2021 qu’« il n’y a aucun besoin d’investir dans des nouvelles sources d’énergies fossiles dans notre trajectoire Net zéro » ; le groupe d’experts de haut niveau des Nations unies affirme dans son rapport de novembre 2022 que le « Net zéro est incompatible avec la poursuite des investissements dans les énergies fossiles » ; le dernier rapport du GIEC va également dans le même sens.
Les arguments déployés par les compagnies pétro-gazières pour contester ce consensus scientifique sont légion, mais aucun d’entre eux n’est recevable : nous vous demandons d’être à l’écoute des scientifiques, et non pas d’acteurs qui continuent contre vents et marées leur politique de fabrique du doute afin de maintenir le statu quo, comme cela a été clairement relevé dans les rapports du GIEC.”

Qui aurait pu prédire ?… suite

24 février 2023,

Mercredi dernier, le ministre de la transition écologique évoquait à la radio la nécessaire adaptation du pays à l’évolution climatique, la montée des températures jusqu’à 4° et à la montée des océans de 1m20 d’ici à la fin du siècle. Une surprise de taille quand on connait l’inertie écologique du gouvernement.

Simulation d’une montée des eaux de 1m50 (hors tempêtes) sur la Camargue et les bouches du Rhône

Pour la première fois, au niveau ministériel, des chiffres réalistes sont évoqués, au lieu de la seule mention de l’objectif des 1.5° des accords de Paris.

Hier, jeudi, le premier « Comité de pilotage ministériel sur l’adaptation au changement climatique «  avait lieu au ministère de la transition écologique.

Cette « soudaine » prise de conscience improvisée en deux jours a été déclenchée par la publication aujourd’hui-même d’un rapport de l’Inspection générale de l’environnement et du développement durable, un rapport qui trainait sur le bureau du ministre depuis fin décembre, mais qui ne pouvait décemment pas sortir juste après le « Qui aurait pu prédire » du président, sous peine de le ridiculiser encore plus.

Le rapport compare diverses stratégies d’adaptation menées par plusieurs pays industrialisés et évoque des stratégies communes à ces pays, en soulignant clairement que le retard français est grand.

Le sommaire est explicite:

  • 1 /Plusieurs pays ont adopté des dispositions
    législatives sur l’adaptation
  • 2 /La gouvernance de la politique d’adaptation doit
    traduire l’urgence de la mobilisation collective
  • 3/Les plans d’adaptation et leur cycle de mise à jour
    sont très similaires dans les pays du parangonnage
  • 4/L’adaptation des politiques de l’eau et de la
    biodiversité : à partir d’un noyau commun, de
    nouveaux types d’action émergent
  • 5/La mobilisation des secteurs bancaire et assurantiel
    aura un effet de levier important sur l’ensemble des
    acteurs
  • 6/ L’adaptation des normes et référentiels techniques
    est maintenant indispensable
    (NDLR: notez le: « maintenant »)

Ce rapport est intéressant à plusieurs titres. En dehors de la mise en évidence du retard français, on peut noter que la problématique de l’eau, en pénurie ou en excès ou liée à la montée des océans, est prépondérante dans les stratégies de résilience des nations. Le deuxième point évoqué est celui de la finance, un secteur hautement protégé dans la politique du gouvernement actuel.

Profitons en pour saluer l’action en justice menée par l’association historique de l’écologie française, Les Amis de la Terre, avec Oxfam et Notre Affaire à Tous, qui attaquent officiellement ces jours-ci une des plus grandes banques françaises, la BNP Paribas, pour répondre devant le juge de sa responsabilité dans la crise climatique.

Le rapport est consultable et téléchargeable ici:

https://igedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/Affaires-0012792/014450-01_rapport_publie.pdf

Le détail de l’action contre Paribas est ici:
https://www.amisdelaterre.org/bnp-heure-rendre-comptes-juge/

La rédaction.