Archive pour la catégorie ‘Compost’

Aventures en permaculture – 24, INGA

12 octobre 2015,

Rainforest saverpar Ghislain Nicaise

J’ai pu assister en septembre dernier à deux journées de la “Permaculture Convergence”, rassemblement international bisannuel qui se tenait cette année près de Londres. L’atelier qui m’a laissé le souvenir le plus fort est celui de la Fondation pour sauver la forêt pluviale (Rainforest Saver Foundation). Cette association basée à Edimbourg intervient pour le moment en Afrique (Cameroun) et en Amérique centrale (Honduras) et se fixe l’objectif ambitieux énoncé dans son titre, rien moins que de sauver la forêt tropicale, avec un moyen d’action très simple.

L’urgence d’agir à ce niveau vient des dégâts causés à la forêt pluviale tropicale par la méthode traditionnelle de culture sur brûlis (dite slash and burn). Cette méthode revient à une déforestation et un enrichissement temporaire du sol par les cendres du feu de forêt. La fertilité ainsi acquise ne dure pas (en particulier à cause de la perte de phosphore) et les agriculteurs déplacent leurs champs, désertifiant les régions tropicales dans leur progression. Le site internet de l’association http://www.rainforestsaver.org/ illustre l’impact destructeur pour le climat de l’agriculture sur brûlis par un graphique, qui indique que cette pratique à l’échelle de la planète entraîne une émission de carbone égale à quatre fois celle du Royaume Uni, très supérieure à celle de la totalité de l’Inde.  (suite…)

L’étude du Bec Hellouin

1 octobre 2015,

Bec.Pancarte.Fig.1par François Léger (1)

Je me permets d’intervenir, gagné par une certaine lassitude sur l’interprétation de ce qui passe au Bec Hellouin, un lieu sur lequel mon équipe de recherche travaille depuis maintenant 5 ans. Je dois avouer que je suis souvent surpris par le décalage qui existe entre les études que nous avons conduites et les commentaires qui en sont fait.

Il aurait fallu être tout à fait stupide pour faire du Bec une référence en matière d’installation agricole ou un modèle de “ferme alternative”. En revanche, il était intéressant d’étudier quelle pouvait être la production accessible sur une surface de 1000 m², avec quel investissement de travail, quels flux de charges opérationnelles et d’investissement… (suite…)

Dix milliards d’hommes en 2050?

10 septembre 2015,

par Christophe Chelten

Unknown-1L’Institut national d’études démographiques INED, annonce dans un de ses rapports bi annuels, dix milliards d’hommes dont 72 millions de Français, en 2050 sur la planète Terre.

Appréciation pseudo scientifique, d’ordre romanesque, eu égard aux cataclysmes climatiques qui se seront produits d’ici là.

Les démographes ont toujours souffert d’insuffisance d’appréciation dans leurs calculs croissantistes. Ils ne désarment pas. L’observation du désastre en cours, résultant en grande partie du dérèglement démographique, ne les inquiète pas. La surcharge anthropique eu égard à la raréfaction des ressources ne leur semble pas devoir être prise en compte.

Ceux qui ne nous aiment pas : aujourd’hui Jean-Marc Sylvestre

30 juillet 2015,

Grant Wood, fermiers américainspar Ghislain Nicaise

Nous avons eu l’occasion de relever outrances, amalgames et contre-vérités dans les propos de polémistes anti-écolos, récemment avec Michel Gay, l’an dernier avec Maud Fontenoy, mais nous sommes obligés d’admettre que le maillot jaune du fanatisme anti-écolo est pour le moment Jean-Marc Sylvestre. Dans un article du 25 juillet dernier paru sur le site de notre confrère Atlantico cet ancien universitaire, journaliste et auteur spécialisé dans l’analyse économique dénonce la trop grande influence des écolos et du Front de gauche sur le gouvernement Hollande-Valls, ce qui serait à l’origine de la colère des agriculteurs français. Le titre de l’article : “Hollande et Valls découvrent que les écologistes et les altermondialistes ont ruiné l’agriculture française” est suivi de ce paragraphe : “Les agriculteurs français sont en colère et ça va forcément continuer tant que le gouvernement français n’aura pas compris que le climat écolo-bobo-altermondialiste qui domine la classe politique de gauche a ruiné les mécanismes de marché et du même coup les agriculteurs.” La thèse que la présidence de Hollande a changé le cours de l’économie agricole en trois ans dans notre pays semble hallucinante mais après tout (suite…)

Les agriculteurs se trompent

29 juillet 2015,

thpar Christophe Chelten

“Bizarre, bizarre” aurait dit Louis Jouvet devant le spectacle des agriculteurs en colère.

Ils se plaignent de ne pas pouvoir vendre leur production, qui se trouve ne pas être compétitive face à la concurrence étrangère. Bien. Mais par ailleurs on observe que les consommateurs, qui eux ne manifestent pas et ne sont pas consultés, se détournent de plus en plus des produits carnés et également des fruits et légumes.

Pourquoi? Je suggère deux hypothèses. Le spectacle sans cesse exposé à la télévision des conditions d’élevage des animaux suscite la nausée. Entassement concentrationnaire, mécanisation à outrance, (suite…)

C’est celui qui le dit qui y est

24 juin 2015,

par Ghislain Nicaise

Au hasard de mes pérégrinations sur internet, je lis hier un article saluant la performance de l’avion solaire Solar Impulse tout en dénonçant la supercherie du message implicite qu’il porte (un jour il y aura des avions solaires utiles). Séduit par l’argumentation, je recherche d’autres articles de l’auteur, Michel Gay, et je tombe sur des écrits qui me font douter de la pertinence du premier. En date du 29 mai dernier, l’auteur a commis un article intitulé “L’écologisme” est-il une religion sectaire ?. La réponse à la question posée par le titre est donnée dans le sous-titre : Abandonner l’écologisme, en tant que religion sectaire nocive au bien-être d’une société libre, et revenir vers la raison et la science, serait faire œuvre de salubrité publique (sic). Le comique est que Michel Gay démontre dans le texte qu’il est une parfaite incarnation des défauts qu’il attribue aux écologistes (Ils sont persuadés que leur façon de penser est la seule possible pour sauver l’homme, et que les autres se trompent). Pour ne pas vous lasser, je ne citerai qu’un paragraphe de sa démonstration : Presque toutes les prédictions de catastrophes écologistes se sont révélées fausses depuis 50 ans, et notamment celles incluses dans le rapport du Club de Rome en 1972. Avec autant d’échecs passés, les prédictions environnementales des « écologistes » devraient être discréditées. Mais les croyances n’ont rien à voir avec les faits. Fin de citation.  (suite…)

Permaculture en Belgique -2

21 janvier 2015,

Elisabeth Simon.D.RLe mouvement français Terre de Liens a une organisation-soeur en Belgique, Terre en Vue (Land in Sicht pour les néerlandophones). Ces organisations sanctuarisent la terre agricole pour y installer des fermiers “en bio”. Nous vous reproduisons ici un article paru dans Le Soir sur une entreprise remarquable à laquelle est associée Terre en vue.

Prendre naturellement soin du sol améliore la production

par Laetitia Theunis, 20 janvier 2015

Le biomimétisme s’applique aussi à l’agriculture. Il s’agit de s’inspirer du vivant pour recréer un écosystème stable et productif. Le grand saut, Elisabeth Simon (portrait ci-dessus) l’a osé. Sacrée femme entrepreneure de l’année en 2013, elle a abandonné l’agriculture intensive pour la permaculture. (suite…)

Permaculture en Belgique -1

21 janvier 2015,

120517.Mouscron.Fig2 - copieAux fraternités ouvrières par Ghislain Nicaise

Un jardin-forêt établi en Europe du Nord

J’ai déjà eu l’occasion de signaler dans les pages du Sauvage qu’une des applications des principes de permaculture aboutissait à la réalisation de jardins-forêts nourriciers. Pendant au moins trois ans, j’ai cru que le seul jardin-forêt en climat tempéré froid avait été celui de Robert Hart (1) peut-être relayé par celui de Patrick Whitefield (2), les deux étant localisés dans les îles britanniques. Celui de Robert Hart laissé à l’abandon depuis la mort de son créateur a semble-t-il périclité et n’est plus visité. A partir du moment où j’ai eu connaissance de l’existence d’un jardin-forêt belge, à quelques kilomètres de Tourcoing, je n’ai cessé d’échafauder des plans de visite. (suite…)

Bio ou local ? Bio ET local !

24 décembre 2014,

livres J.CaplatPar Jacques Caplat

Dans les discussions autour du changement d’agriculture et des pratiques de consommation, j’entends souvent une question supposant un choix nécessaire entre produits issus de l’agriculture biologique et produits locaux. Pourtant, une grande partie des arguments en faveur des produits locaux sont fallacieux ou erronés… et l’important est bien entendu de cumuler agriculture biologique et production locale. C’est justement pour rapprocher ces deux démarches et cesser de les opposer que la FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique) et ses groupements régionaux, en partenariat avec la Fête de la gastronomie et à l’initiative de Corabio, proposent du 20 au 28 septembre l’opération Bio et local, c’est l’idéal !

(suite…)