Archive pour la catégorie ‘Courrier’

Francis says

9 octobre 2015,

par Edwin MatthewsU.S. President Obama meets with Pope Francis in the Oval Office of  the White House in Washington

co fondateur des Amis de la Terre en France, nous communique son appréciation à l’américaine, de la dernière encyclique papale

Care for Our Common Home

We are living the most despairing of times.  We revolt from the enlarging assault by our species on the natural world.  The planet seems to be shattering with environmental disasters that threaten the loss of all we need and love.  Yet we are doing little to take responsibility for this reality.

But in this discouraging time, we have been given a clear and hopeful voice.  Just as we are about to be overtaken by the four horsemen of an environmental apocalypse , comes Pope Francis, (suite…)

Les cabines du Plat-Gousset de Granville

3 octobre 2015,

par Richard Howe

Chaque année,  le new-yorkais Richard Howe nous donne (dans sa langue natale) des nouvelles  du “Plat”, haut lieu du bavardage et du défilé de mode Granvillais. Dont il est un rigoureux observateur, en particulier des inscriptions ticheurtiennes.. (voir l’article du 14 octobre 2014)

 

les cabines du Plat

les cabines du Plat

The cabines have been removed. So the season is over and it’s time for our annual analysis of fashion trends on the Plat-Gousset. In general, this was not a good year for the fashion-conscious, as the cool, overcast weather forced cover-up of what might have been some of the most inspired offerings. (suite…)

Les mensonges d’EDF ne sauveront pas le climat !

24 septembre 2015,

IMG_1400Réseau “Sortir du nucléaire”

Communiqué de presse  – 24 septembre 2015

Greenwashing d’EDF en prévision de la COP21 : le Réseau “Sortir du nucléaire” porte plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire

À l’approche de la COP21, EDF, sponsor officiel de cet événement, a lancé une grande campagne de publicité pour se présenter comme le « Partenaire officiel d’un monde bas carbone ». Celle-ci fait l’éloge de sa production d’électricité qui, grâce au nucléaire, serait « à 98% sans CO2 ».  Pour dénoncer cette communication fallacieuse, le Réseau “Sortir du nucléaire” porte plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire. Cette plainte s’accompagne du lancement d’une pétition.

EDF n’est pas le « partenaire d’un monde bas carbone » !

Dans le contexte de la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris fin 2015 (COP21), EDF tente de se présenter comme un acteur vertueux, en pointe dans la lutte contre le changement climatique. Alors qu’elle exploite 16 centrales à charbon dans le monde et représente la 19e entreprise mondiale la plus émettrice de gaz à effet de serre, EDF se targue d’agir « partout où [elle] est présente » pour une électricité « décarbonée ». Comment ne pas être scandalisé par cette affirmation, quand on sait que les émissions mondiales d’EDF représentent 80 millions de tonnes de CO2 par an [1] ?

EDF ment : son électricité n’est pas « à 98 % sans CO2 » !

EDF met en exergue un prétendu bilan de « 98% d’électricité produite en France sans CO2 ».  Rien n’indique quel calcul a permis d’obtenir ce chiffre, mis en avant pour présenter comme vertueux le (suite…)

What is Happening in France?

10 mars 2015,

February 20, 2015

©Edwin Matthews[1]

 Recent horror in Paris has displayed burning dysfunctions in French society. This violence has brought millions to the streets arm in arm in solidarity with the victims and in defense of France, reigniting the continuing fear of terrorism.

But where does this violence come from? What has happened to this ordered and peaceful country for such senseless horror to occur? Are there lessons to learn from America?

France has entered this century with a large immigrant population, largely French nationals of African or Arab descent who have not found it easy to become French. If you are not raised with the manners, education, and family life of this very specific and proud culture, it’s often hard to find a place there. Many immigrants to France have not found theirs.

As an American, my own broad experience in France began years ago. I served in a U.S. Army hospital in France, studied French literature at a French university, worked on the assembly line at Renault, married a French girl, reared French children, started a secondary school in Paris, founded with a Frenchman, Alain Hervé, an NGO, Les Amis de la Terre, in France, published books there, rebuilt a seventeenth-century house in the French Alps, and for fifteen years was a lawyer in Paris with a largely French law firm. (suite…)

Des fleurs pour le Sauvage

16 décembre 2014,

par  Alain CULERRIERDSC00037
Je vous côtoie par la lecture et les idées, depuis un certain temps.
Je crois vous avoir lu dans les années 1970-1980, puis je me suis abonné « au Sauvage », (j’avais alors écrit quelques petites choses, dans la chronique « Courrier des lecteurs), j’ai regretté et protesté lors de la disparition de ce journal. Je vous ai retrouvé avec retard, mais avec grand plaisir fin 2011, sur internet.
Il est grand temps de vous faire savoir que j’apprécie la somme considérable (suite…)

Lettre ouverte

30 octobre 2014,

maïs-varbak.nb18255Nous avons reçu cette lettre ouverte de Benoît Biteau – Vice Président de la Région Poitou-Charentes,  à Thierry Carcenac – Président du Conseil Général du Tarn. Le Sauvage.

Berthegille, mardi 28 octobre 2014.

Monsieur Thierry CARCENAC, vous êtes à la fois pathétique et consternant !

Consternant, en tant que maitre d’oeuvre pour la réalisation du barrage de Sivens, sur le fond de ce dossier. Comment peut-on porter un projet public, mobilisant 100% de crédits publics sur un projet sans se poser les bonnes questions, dès le départ ?
Le projet de barrage vient du fait que le Tescou subit, depuis 30 ans, des étiages sévères. Monsieur CARCENAC, vous êtes-vous interrogé sur les causes de ces étiages sévères et quelles évolutions de pratiques pourraient en être à l’origine ? Visiblement non, car vous auriez rapidement pu faire le lien entre ces étiages sévères et le développement important des surfaces en maïs hybride sur le bassin versant du Tescou. (suite…)

Climato-compatible yes !

12 octobre 2014,

Nous avons retenu cette réaction d’un lecteur en faveur de l’agriculture climato-compatible, petit pas dans la bonne direction, verre àverre à moitié plein moitié plein plutôt qu’écran de fumée.                 Le Sauvage

Attention à ne pas condamner une condition nécessaire, celle de mobiliser les divers types d’agriculture existant dans le monde, au motif qu’elle ne serait pas suffisante pour préserver les biens communs que sont les sols, l’eau, l’air, le climat. Attention à bien voir la divergence en cours entre l’agriculture industrielle sans agriculteurs du monde urbain obèse, d’un côté, minoritaire, et, de l’autre côté, majoritaire, l’agriculture vivrière du monde rural des agriculteurs maigres.

En France, pour 94% des terres agricoles, cette démarche est déjà une évolution réductrice des biocides, de la dépendance au pétrole, des pollutions des sols, des eaux, de l’air, de l’impact climatique. Aujourd’hui l’agriculture française émet 23% des GES et n’en capte que 11% : elle contribue à la dérive climatique alors qu’elle pourrait l’atténuer.

Bien entendu je suis consommateur bio avec préférence à la permaculture et soucieux de voir plus de 4% des terres agricoles cultivées en Bio. Toutefois, pour les 96% restant il est urgent d’amorcer une évolution et l’initiative de l’agriculture climato-compatible est une des innombrables amorces, ayant l’avantage de s’adresser à toutes les pratiques agricoles sur la planète Terre. Je suis aussi un acteur du retour du cheval de travail en ville et à la campagne (y compris en forêt, sur l’estran, sur prairies naturelles y compris zones humides ou de prévention des crues) ce qui ne m’interdit pas de préconiser le méthane plutôt que les produits pétroliers pour les motorisations et le biométhane issu de nos déchets, plutôt que les incinérer.

A écouter en ce moment : CO2 MON AMOUR.

Jean-Claude Marcus

Pipi : le rebond

1 octobre 2014,

manneken pisSix réactions de lecteurs à l’article paru sous le titre “Pipi et Eco-évolution”

Bravo bravo et bravo. Juste deux points:

1- Plus j’en lis sur l’Evolution plus je regrette que Wallace soit parti aux oubliettes; la seule raison que j’y vois c’est qu’il s’est perdu dans la seconde partie de sa vie dans le spiritisme et autres conneries mais cela n’empêche que s’il n’avait pas envoyé son manuscrit à Charles (Darwin) les choses auraient peut-être été légèrement différentes.

2- Le point le plus important, pour toi surtout, c’est de savoir que dorénavant chaque jour, quelqu’un à Bâle pensera à cet article quand il devra prendre la difficile décision de se lever la nuit pour aller pisser.

 

J.J.N.

—————————

J’ai lu cet article avec intérêt. Quant à moi, depuis longtemps j’essaie de contribuer à la protection de l’environnement en pissant dans le jardin chaque fois que c’est possible. Fertilisation organique de mes lauriers roses qui sont resplendissants et diminution de la charge en azote et phosphate des eaux usées.

Je regrette que l’auteur n’aie pas profité de cet article pour lancer un vibrant appel en faveur du pipi dans le jardin (suite…)

Croissance, on arrête tout, on réfléchit

4 septembre 2014,

La rédaction du Sauvage a apprécié cette apostrophe d’un militant écologiste en réaction à l’article de Jade Lindgaard paru récemment sur le site de Mediapart More production“Croissance, on arrête tout, on réfléchit” :

Est-ce que à EELV on commence à comprendre, qu’il n’y aura pas de retour de la croissance ?

A comprendre, les conséquences de l’absence de croissance dans un système dont le fonctionnement repose sur la croissance ?

Et qu’il est trop tard pour le développement durable, l’écoblanchiment… ?

Vous avez déjà vu une rentrée politique comme ça ?

Quelles sont les réponses de l’écologie politique, pas les réponses superficielles PS compatibles, réellement les réponses d’une écologie politique, portée notamment par des militants créatifs présent-e-s dans les initiatives citoyennes locales  ?

Une écologie politique qui prendrait les problèmes à la racine.

Il n’y aura pas de réponses descendantes d’un système politico-économique totalement sclérosé. Y compris EELV, pour le moment, parti qui s’accroche à des pratiques politiques archaïques. C’est pathétique.

Nous sommes pris dans une nasse. Le système a saturé tout l’espace disponible et est à l’origine de tensions de plus en plus fortes. Il ira jusque dans le mur, si nous ne parvenons pas à inverser la courbe.

Le probable, c’est l’effondrement. Le possible, c’est d’inverser la courbe. C’est finalement le but ultime de l’écologie politique, permettre à nos enfants, petits enfants, à leurs propres enfants, de pouvoir continuer à vivre sur cette planète dans des conditions acceptables.

Cordialement ,             Pascal Bourgois