Archive pour la catégorie ‘Gloire à nos illustres pionniers’

Jean Marie Pelt

25 décembre 2015,
Jean-Marie Pelt (dr)

Jean-Marie Pelt (dr)

Saluons la mémoire de notre ami Jean Marie Pelt. Ce fut un pionnier de l’éveil écologique dans le grand public. Négociateur habile il s’engageait cependant avec détermination dans le militantisme. Fondateur de l’Institut Européen d’Ecologie à Metz il a contribué à l’éveil botanique de milliers de Français avec ses émissions télévisées. Il laisse un héritage érudit avec ses livres de vulgarisation. Son engagement spirituel donnait une autre dimension à son témoignage écologique.

Le Sauvage

Marie-Noëlle Hervé

23 juin 2015,

sauvage-nolly001Nollie nous quitte avec précipitation. On peut dire qu’elle nous a plaqués. Comme si elle avait hâte de voir ce qu’il se passe de l’autre côté. « On chante là haut ? Pour l’éternité ?», me demandait elle.

Fabriquée par nos parents sous l’occupation allemande, elle naît le 31 décembre 1943. Elle a frôlé Noël. Elle en a attrapé le nom. Elle descend à la cave dans ses langes, dans les bras de sa mère pendant les bombardements de la Porte de la Chapelle. Marie-Noëlle devint immédiatement Nollie. On s’aperçut très vite qu’elle avait la grâce dans la peau. C’était un être radieux ma petite soeur. Nous la célébrons en l’église de Saint Pair ce lundi 15 juin. Elle  repose dans le cimetière marin de  Notre Dame de Granville, à côté de ses parents.

Nollie a parcouru sa vie comme une bourrasque. Semant joie et désordre autour d’elle. (suite…)

Oncle Bernard

16 janvier 2015,

Bernard Maris.sS’étant enrichie en biens échangeables à mesure qu’elle s’appauvrissait en biens non reproductibles (le pétrole, la diversité des espèces), l’Humanité est condamnée à se dévorer elle-même.

“Non seulement les adversaires de la croissance ne sont pas des ennemis du développement, mais ils sont sans doute les meilleurs défenseurs de la civilisation, l’autre nom du développement.”

Ces deux phrases de Bernard Maris font partie d’une dizaine de citations choisies par l’Obs. Nous venons de perdre le plus écolo des économistes, mais aussi plus qu’un prof de fac non-conformiste, un essayiste de talent, un romancier, et un homme délicieux(suite…)

Au revoir Alain Richert

6 décembre 2014,

Alain est un clandestin, un rebelle, un marginal, un protestataire, un insoumis, un radical.SC20141202-211225

Alain est un imagineur de jardins, un dessinateur d’impossible, un inventeur de merveilles.

Alain avait écrit dans le Sauvage. Il est sorti en douce par la porte de derrière.

On va se revoir un de ces jours.

 Alain Hervé

Davantage de socialistes que de Verts à l’enterrement de Serge Moscovici

24 novembre 2014,

par Laurent Samuel

Unknown

Même le Premier ministre Manuel Valls, resté discrètement au dernier rang de la petite foule rassemblée au cimetière Montparnasse dans la grisaille de ce 20 novembre , avait fait le déplacement. Lionel Jospin, venu, a-t-il précisé, en tant qu’ami du commissaire européen Pierre Moscovici, l’un de deux fils de Serge, s’est exprimé avec sa sobriété habituelle. Au cours de son intervention, l’ex Premier ministre a rappelé l’amitié de ses parents avec René Dumont, dont il a fait un peu vite l’un des trois « pères » de l’écologie politique en France avec Serge Moscovici et Edgar Morin, oubliant au passage André Gorz, sans parler d’Ellul, Charbonneau ou Grothendieck. (suite…)

Serge est parti

17 novembre 2014,

par Alain HervéUnknown-2

Rendons hommage au grand Mosco frisé, venu de l’Orient européen, de Roumanie, entre autres, pour sa trilogie Essai sur l’histoire humaine de la nature (1968), La Société contre nature (1972) et Hommes domestiques et hommes sauvages (1974). Cette réflexion fondamentale a servi, en son temps, au mouvement écologique français, naissant, pour assurer son positionnement idéologique. A sa manière et en compagnie d’Edgar Morin, Serge Moscovici devenait le Karl Marx de référence pour les zozos naïfs et écolos tapageurs que nous étions – on venait d’inventer les Amis de la Terre – que nous les ayons lus ou pas, que nous les ayons compris ou pas.

Qu’étions nous à leurs yeux? Je me le suis souvent demandé. Ils pensaient, ils théorisaient. Nous n’en pensions pas moins.

Serge est devenu un ami quotidien, un lent, un “conversationiste” paisible, un gourmand tranquille. Ne conduisant pas les automobiles, il nous imposait en été, des transferts aller retour  entre sa maison de vacance à Goult et nos sites de bavardage. Isac Chivac nous rejoignait parfois. L’anthropologie se trouvait ramenée à une pratique vulgaire mais quelquefois profonde. Notre sujet de prédilection étant le comportement de ce mammifère fou: l’humain et ses entreprises délirantes dont nous étions les spectateurs atterrés mais aussi les acteurs.

Serge a collaboré régulièrement au Sauvage pendant dix ans.

Mosco se déplaçait dans une dimension particulière. Il était flou dans sa pensée et son expression -selon moi- mais ce flou lui permettait de formuler des questions fondamentales.

La dernière fois que je l’ai vu, dans le quartier d’Aligre, où il habitait, je lui ai reproché d’avoir oublié de parler de l’écologie à son fils Pierre.

Hommage à Grothendieck, insoumis radical

14 novembre 2014,

par Alain Hervé et Ghislain Nicaise

Le 13 novembre est mort Alexandre Grothendieck à l’âge de 86Unknown-1 ans. Nous l’avons connu marchant pieds nus dans les rues de Paris en 1971. Cet insoumis, écologiste radical, méprisait les structures universitaires conformistes qui l’abritaient. Il animait alors Survivre et Vivre avec Pierre Samuel (un autre mathématicien de haut niveau qui a consacré un partie de sa vie à l’écologisme), tandis que nous lancions les Amis de la Terre, quai Voltaire, à Paris. Il nous trouvait trop formalistes, nous inscrivant dans une structure associative classique. Trop tièdes. Il clamait son anarchisme tranquille avec la force d’un esprit libre. En tant que mathématicien il a été proposé pour la (suite…)

Cinq jours à la guerre avec Giono

7 août 2014,

par Alain Hervé

Giono Bellon dr.

Giono Bellon dr.

Vous  en avez lu jusqu’à l’ivresse dans votre jeunesse et toute votre vie, du Regain ou du Hussard, de l’Iris de Suse ou du Grand troupeau. C’est justement de ce dernier que l’on a parlé pendant cinq jours avec les Amis de Jean Giono réunis en conclave annuel du jeudi 31 juillet au lundi 4 août à Manosque. Débats, conférences, lectures, concerts, films, café littéraire, exposition…  dans la maison de Giono, le Paraïs,  au théâtre Jean le Bleu, sur les places, dans les églises de la ville et dans le Centre Jean Giono… Jacques Mény, le président de l’association, en était le très remarquable animateur. Sylvie Giono, sa fille, le témoin vivant. (suite…)

Tiziano Terzani, journaliste, baroudeur, ermite

23 septembre 2013,

par Saura Loir

tiziano-terzani  Il y a quelques années est tombé entre mes mains le récit autobiographique d’un  personnage plus que singulier qui m’a immédiatement  séduite : Tiziano Terzani, journaliste italien et grand reporter. En parlant de lui autour de moi j’ai pu constater, à ma très grande surprise, que très peu de gens le connaissaient en France, contrairement à beaucoup d’autres pays européens et extra-européens où sa vie et ses écrits ont eu un grand retentissement. C’est ainsi que l’idée m’est venue de profiter de cette tribune pour le faire mieux connaître.

Grand bel homme toujours vêtu d’un costume blanc impeccable, né à Florence en 1938 dans une famille d’ouvriers presque indigents, Tiziano Terzani a manifesté très jeune une intelligence très vive et un grand appétit de connaissance. C’est grâce à la clairvoyance d’un maître d’école qu’il a pu échapper au métier de mécanicien auquel sa famille le destinait et faire des études. Devenu journaliste, grand reporter pour le magazine allemand  Der Spiegel , le  Corriere della Sera, la Repubblica, l’Espresso , il (suite…)